fatal bazooka nouveau clipAprès sa prestation aux NRJ Music Awards où il a interprété son tout nouveau single « Ce soir, sans mon sexe », Michaël Youn, plus connu sous son nom de scène Fatal Bazouka, décide aussitôt de diffuser son clip sur YouTube qui, après quelques 2,8 millions de vues, prend la décision de le censurer pour les moins de 18ans. Pour cause, le clip est jugé « inapproprié » en raison du déguisement du chanteur-humoriste en un géant pénis et dont la plateforme le qualifierait de « pornographique ».

A regarder ici :

L’avocat de Michaël Youn dément une telle décision

Pour l’avocat Nicolas Rebbot, YouTube devrait justifier d’une raison valable face à sa décision de censurer la vidéo qui serait tout à fait conforme à la loi du 21 juin 2014 sur la Confiance en l’économie numérique. En effet, selon cette loi, la plateforme a le droit de retirer tout type de contenu présentant des caractères illégaux tels que des incitations à la pédophilie, à la haine raciale…

Par ailleurs, la classification des programmes établie par le CSA n’autorise pas la publication aux mineurs des programmes de grande violence ou de types pornographiques alors que le clip de Michaël Youn présente tout simplement un homme qui se déguise en pénis sans aucune image provocatrice ni message à caractère sexuel.

De plus, pour qualifier une image de pornographique, celle-ci doit présenter un rapport sexuel non simulé. Dans « Ce soir, sans mon sexe », aucune scène ne fait allusion à de tels actes.

YouTube s’en prend aux internautes

Actuellement, le clip de Fatal Bazouka est de nouveau en ligne sur YouTube qui stipule que si la vidéo a été censurée pendant un certain moment, c’est en raison des signalements de certains internautes.

Pour Nicolas Rebbot, de telles justifications ne suffisent pas , ce dernier prétend que si YouTube a pris la décision de remettre en ligne la vidéo, c’est certainement parce qu’elle s’est rendu compte que le clip ne contient aucun caractère abusif.

Par ailleurs, si des familles choquées par le clip estiment le contraire, elles sont libres de porter plainte contre le chanteur-humoriste.

De son côté, si Michaël Youn constate que ce malentendu engendre une baisse de ses recettes, il est également libre de s’en plaindre à la plateforme et même aux associations de familles à la source de la polémique.