Depuis le 29 mai dernier le changement de sexe en Argentine est gratuit. Le Ministère de la Santé vient de donner son approbation pour appliquer de nouvelles mesures afin que l’ensemble de la loi relative à l’identité sexuelle qui fut votée en 2012 soit appliquée dans les faits.

L’Argentine, un pays précurseur en Amérique Latine

Si l’Argentine est connue pour la qualité de son football ou la musique envoutante du Tango, elle fait également figure de proue au niveau de l’accompagnement des phénomènes et pratiques sociales et de leur évolution. Le pays a ainsi été le premier d’Amérique Latine à reconnaitre le droit au mariage pour des personnes de sexes identiques. Le mariage homosexuel, entre deux hommes ou entre deux femmes, est en effet reconnu légalement depuis 2010.

La nouvelle mesure qui vient tout juste d’être approuvée en cette fin de mois de mai rend le changement de sexe véritablement gratuit et vient donc compléter la loi sur l’identité sexuelle qui souffrait de quelques lacunes. Il faut en effet préciser qu’en théorie cette gratuité était déjà belle et bien effective avec la loi de 2012. Cependant, en l’absence d’une réglementation suffisamment précise et contraignante, les cliniques privées ainsi que de nombreuses mutuelles d’entreprises (mais aussi certains établissement publics) ne respectaient pas cette couverture médicale pourtant obligatoire.

La gratuité des soins et autres mesures

Concrètement cela veut dire que diverses opérations chirurgicales ainsi que le traitement hormonal qui accompagne le changement de sexe vont donc être complètement pris en charge par le système de soin obligatoire.

La prise en charge accompagne ainsi six opérations chirurgicales : la pénectomie autrement dit l’ablation chirurgicale de la verge, la colpectomie ou vaginectomie c’est-à-dire l’ablation chirurgicale du vagin, la mastectomie autrement dit l’ablation chirurgicale des seins, la vaginoplastie c’est-à-dire la reconstitution chirurgicale du vagin, ainsi que l’implant pénien et l’agrandissement du buste.

Ce soutien médical s’étend également à la sphère bureaucratique. Les argentins qui souhaiteraient changer de sexe par le futur ne seront pas tenus de présenter une autorisation juridique ni administrative. De plus, le « sexe auto-perçu » pourra désormais être inscrit sur les papiers d’identité de la personne qui aura pratiqué un changement de sexe. Ce ne sera donc plus le sexe de naissance qui sera inscrit : ce changement représente également une grande avancée dans l’acceptation sociale des transsexuels ou transgenres.

Il faut tout de même signaler que cette nouvelle mesure qui a été largement saluée par diverses associations comme la FALGBT (Fédération Argentine des Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Transsexuels), l’Association de Travestis, Transsexuels et Transgenres d’Argentine ou encore la communauté homosexuelle argentine ne fait pas pour autant l’unanimité chez les argentins.