On a pu le voir récemment qu’en période de crise, la sexualité dans le couple allait bon train au point même chez certain ménage qui préfère dépenser l’argent dans les sextoys et lingerie sexy plutôt que sortie en ville, cinéma, restau et autres évènements culturels. Voilà que l’IFOP nous présente une étude sur la relation entre la sexualité et les parties politiques française…

Crise, sexe et politique

On ne va pas s’étendre ici sur le profil de monsieur Dominique Strauss Kahn qui donne un très bon et mauvais exemple à la fois de la satisfaction sexuelle du parti de socialiste français.  Sans déraper pour autant dans les délits sexuels, il semblerait que les partisans de la gauche socialiste français seraient les plus épanouis sexuellement que les électeurs de droite.

L’enquête Ifop révèle que les partisans du parti socialiste auraient environ 7.6 rapports sexuels par mois contre 8 chez l’extrême droite et 6.7 chez les partisans Sarkozyistes. Par ailleurs, une fois de plus l’extrême droite semble détenir dans ses rangs les coquins de France car ceux-ci déclarent avoir en moyenne 10 partenaires sexuelles au cours de leur vie, 9 chez le PS et 7 chez l’UMP.

Mais bien que l’extrême droite semble atteindre des chiffres élevés quant à la sexualité, 31% des électeurs de Madame LePen ont avoué leur insatisfaction sexuelle. Et 33% pour les membres de l’extrême gauche. Contestataires et insatisfaits ?

Evolution de l’inflation ?

La fellation est une pratique de socialiste en revanche : Quand la moyenne française se veut à 73% des femmes pratiquant cette activité sexuelle, 81% des membres du PS reconnaissent la pratiquer contre 69% des femmes de droite.

« Les électeurs de gauche (6% et même 9% au Front de gauche) sont plus nombreux à déclarer avoir vécu une «expérience échangiste» que ceux de droite (4%). » Aucune allusion, sil vous plait, à Monsieur Strauss kahn.

Quel bilan ?

A trois semaines du premier tour, quel moyen de convaincre les derniers électeurs sans intention de vote ? On a longtemps parlé du « voter utile » et tout d’un coup, on nous mêle, crise, élection présidentielle et sexe…

Le 22 avril et le 6 mai, voter utile !