cheval de course

Un entraîneur de cheval de courses du Nouveau-Mexique (Etats-Unis) vient d’être suspendu car il avait administré du citrate de sildénafil à quatre de ses chevaux. Or, le réglement des compétitions interdit de donner du Viagra aux équidés car cela affecte la santé cardiaque de ces derniers et peut augmenter grandement leur performance. Il est donc considéré comme un produit dopant.

John Stinebaugh, l’entraîneur incriminé, a écopé d’une peine de 16 ans de suspension et d’une amende de 40 000 dollars. C’est lors d’épreuves organisées au mois de juillet dernier que les autorités ont constaté la présence de Viagra dans le sang des chevaux.

Un effet dopant

Selon l’Association Internationale des Commissaires de Course, le sildénafil est considéré comme un produit de classe 3, et sa prise entraîne une pénalité de classe A, la plus sévère des sanctions.

Habituellement utilisé comme traitement des dysfonctions érectile, ce médicament est interdit pour les courses de chevaux car il met en danger la santé de l’animal et peut accroître sa vitesse de course. En effet, le Viagra augmente la circulation sanguine et permet ainsi de de développer la capacité respiratoire et améliorer l’effort produit.

Les chevaux testés positifs ont été placés sous la surveillance des vétérinaires pour une durée de 90 jours. Ils ne pourront courir de nouveau qu’après validation des praticiens.

(Source : ABQ Journal)