preservatifs

Des préservatifs seront distribués gratuitement en Afrique du Sud, notamment à l’université, pour lutter contre l’épidémie de Sida. Ils seront colorés et parfumés

«Nous nous sommes aperçus que les préservatifs actuels sont peut-être sur le marché depuis trop longtemps et n’attirent plus les jeunes», a expliqué jeudi à l’AFP Joe Maila, porte-parole du ministère sud-africain de la Santé.

«Nous voulons rafraîchir notre façon de distribuer les préservatifs pour nous assurer que l’emballage attire l’attention de la jeunesse. C’est une question d’emballage, de présentation, mais aussi la couleur et le parfum du préservatif lui-même, il faut que cela devienne cool», a-t-il ajouté. La campagne doit démarrer début mai, a noté M. Maila.

Quelque 6,4 millions de Sud-Africains, soit 12,2% de la population du pays, étaient séropositifs en 2012, selon des chiffres du Conseil de la recherche en sciences humaines (HSRC).

L’étude fait apparaître une baisse générale de l’usage du préservatif depuis 2008, ainsi qu’une augmentation du nombre de nouvelles contaminations (près de 470’000 en 2012, contre 370’000 en 2011), tandis que les Sud-Africains ont davantage multiplié les partenaires.

Seul un tiers environ des personnes interrogées dans l’enquête ont déclaré avoir utilisé un préservatif lors du dernier rapport sexuel, contre 45,1% en 2008, alors que de 2002 à 2008, son usage, crucial pour la prévention, avait gagné du terrain.

En Afrique du Sud, la peur de mourir du sida a diminué grâce aux traitements antirétroviraux, mais cette immense avancée médicale s’accompagne d’un relâchement des comportements de prévention.