femme portrait en prison

Christine Gelineau, une mère tortionnaire. Elle a torturé son fils pendant des semaines.

Cette américaine de 53 ans a brûlé le pénis de son fils à l’aide d’un briquet. Elle l’a auparavant torturé pendant plusieurs semaines avec deux autres complices. Christine Gelineau risque entre 9 et 30 ans d’emprisonnement.

Le Concorde Monitor (journal du New Hampsire) relate les faits, les trois acolytes ont multiplié les actes barbares.

« Ce qu’elle a fait est l’une des pires choses que j’ai jamais vue », confie le procureur adjoint George Waldron. La victime âgée de 19 ans est déficient mental léger, les enquêteurs soupçonnent que la raison principale de ces actes de tortures est que la famille ne recevait plus d’aides financières de l’Etat relatant à l’handicap de son fils.

A l’aide de la cousine de la victime, Amy Anson, 29 ans, et de Daniel “Tyler” Cantrell, un jeune homme de 20 ans, la victime a été forcée à boire son urine et du produit vaiselle, a dû manger des vers de terre et a été frappée à plusieurs reprises. ils lui on également brûlé les tétons et même écrasé une cigarette sur la tête.

Le dernier acte de torture n’en était pas moins sordide. La quinquagénaire a forcé son fils à manger des excréments, le menaçant de brûler son pénis s’il ne le faisait pas. La victime s’est conformée à la requête cependant la tortionnaire a tout de même brulé son pénis.

Recueilli par un oncle et une tante et désormais en « bonne santé », selon le procureur Scott Murray, la victime a lu un message poignant destinée à sa mère lors de l’audience. « Chère ex-mère, ce que tu m’as fait subir est impardonnable. Tu m’as battu, affamé, presque tranché le pénis, a jeté mes habits et m’a empêché de me laver. Tu as failli me tuer en me faisant prendre trois antidépresseurs et deux décontractants musculaires. Je sais désormais que tu es une criminelle et que tu souhaitais seulement ma mort car tu voulais retrouver ta vie d’avant. Tu ne me verras pas à ma remise de diplôme et tu ne me verras pas aller à l’université. Je te dis adieu. J’espère que tu réalises que tu as tout perdu. »