Où s’arrêtera la science ? Personne ne peut le savoir aujourd’hui tant les prouesses techniques repoussent toutes les limites de l’imaginaire. En voici une nouvelle démonstration : un homme de 43 ans vient de se faire greffer le premier pénis bionique. Oui, vous avez bien lu : un pénis bionique…

Greffe d’un pénis bionique

L’heureux possesseur de ce pénis bionique se nomme Mohamed Abad, il vit à Edinbourg, est agent de sécurité, est récemment divorcé. Un homme normal en quelque sorte mis à part qu’il a été victime d’un accident de voiture à l’âge de 6 ans et qu’il a alors perdu son pénis et l’un de ses testicules.

Depuis l’accident de nombreuses alternatives et opérations chirurgicales ont tenté de lui redonner son membre perdu, sans succès. Finalement c’est à partir d’un greffon de son avant-bras gauche et le travail acharné d’une équipe de chirurgiens (University College de Londres) que Mohammed a enfin pu bénéficier d’une solution.

Il aura ainsi fallu aux chirurgiens trois ans de recherches et plus des dizaines d’opérations pour réussir à confectionner un organe sexuel opérationnel et le greffer à son porteur actuel qui en est ravi. Ce dernier espère désormais « perdre sa virginité » et souhaite fonder une famille. Il imagine même que tester cet objet insolite pourrait intéresser de nombreuses femmes.

Comment fonctionne ce pénis bionique ?

Ce phallus d’un nouveau genre fonctionne grâce à une pompe placée au niveau des testicules. Pour avoir une « érection », il suffit à Mohamed d’appuyer sur un bouton et les tubes situés dans le pénis se remplissent de liquide provenant du réservoir situé dans le ventre : le sexe bionique gonfle, il est en érection. Une fois que l’érection n’est plus nécessaire, Mohamed doit appuyer sur un autre bouton afin de « vidanger » l’objet pour qu’il reprenne sa taille normale.

Mohammed n’a pas à se plaindre au niveau de la taille de son pénis bionique qui mesure tout de même 20 centimètres, taille bien supérieure à la moyenne masculine comme l’a révélé une toute récente enquête (13,10 cm en moyenne).

Ce pénis bionique qui va transformer le quotidien de Mohammed rappelle d’autres cas de greffes. Celle de ce Sud Africain ayant bénéficié d’une greffe d’un pénis prélevé sur un autre patient décédé et qui lui a permis d’être papa, ou encore celle de ce vieil homme de 80 ans qui, bénéficiant d’un œil bionique, a pu retrouver progressivement la vue. Quelle sera la greffe de demain ?