Clichés, tabous, peurs, les personnes séropositives sont encore trop souvent stigmatisées, alors le magazine Vangardist – mensuel pour homme – a décidé de casser les tabous. La dernière édition de cette revue – normalement digitale – a été imprimée avec un mélange d’encre et de sang de personnes séropositives.

Selon le fondateur et rédacteur en chef de Vangardist, Julian Wiehl, le magazine souhaite contrer la stigmatisation que les gens attachent à ce virus et à éliminer les peurs irrationnelles que ces derniers ressentent à l’idée de faire un test de dépistage ou de cohabiter avec une personne séropositive.

Etre en contact avec une personne porteuse du virus du VIH n’aura aucun impact sur votre santé, comme tenir le magazine Vangardist. C’est ce message que l’équipe éditoriale a voulu faire passer. Et pour cause, plus de 35 millions de personnes vivent avec le virus du VIH dans le monde, il est temps d’en finir avec les clichés et peurs irrationnelles.

Un achat conditionné

Vangardist a coopéré avec l’agence de publicité Saatchi&Saatchi Suisse lors de la réalisation de ce projet exceptionnel. L’agence prévoit de publier 3.000 exemplaires papier en suivant un processus rigoureux en vue d’éliminer tout risque d’infection. L’achat des magazines en papier sera conditionné et ils seront vendus scellés dans un sac en plastique. En effet, l’agence exige aux acheteurs de renoncer à toutes sortes de réclamation. Le magazine est aussi disponible en ligne.