masturbation

Le docteur Philippe Brenot vient de sortir un un livre intitulé « Nouvel éloge de la masturbation » (Éditions L’Esprit du Temps) dans lequel il réhabilite la masturbation et met avant les effets bénéfiques de cette pratique.

Psychiatre et anthropologue, le Dr Brenot dirige les enseignements de Sexologie et de Sexualité Humaine à l’Université Descartes de Paris. Il préside également l’Observatoire International du Couple.

Dans son dernier ouvrage, il revient ainsi sur ce plaisir solitaire et sur le tabou qui entoure ce comportement intime dans les sociétés occidentales. Son principal objectif avec ce livre est de déculpabiliser un acte qu’il considère comme « fondamentalement bon ».

Selon le psychiatre, la masturbation est la première étape de maturation sexuelle. En effet, la sexualité est quelque chose qui doit s’apprendre. A cet effet, ce plaisir solitaire permet de mieux connaitre son corps, de se familiariser avec les sensations liées aux zones génitales. De plus, il ne faut pas l’opposer à la sexualité du couple. Les deux sont complémentaires et sont essentielles à l’épanouissement des personnes.

Longtemps, les autorités religieuses et les experts scientifiques ont considéré que la masturbation était moralement malsaine et dangereuse pour la santé de l’organisme. Au 21e siècle, même s’ils sont plus diffus, ces préjugés existent encore, notamment dans la population féminine, puisque selon une étude 2008, seulement 60% des femmes françaises avouaient s’être masturbées au moins une fois dans leur vie (contre 90% chez les hommes).

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le blog de Philippe Brenot sur LeMonde.fr.