Les troubles de l’érection représentent un véritable problème pour les hommes qui en souffrent. Or pour diverses raisons (la honte notamment) beaucoup d’entre eux n’osent pas en parler à leur médecin. Ils se tournent alors vers des remèdes plus « naturels » ou « traditionnels » et ignorent parfois ce qu’ils consomment réellement. Preuve en est avec l’alcool Kung-fu…

Une boisson miracle

Lutter contre l’impuissance était certainement le meilleur argument de vente de la boisson Kung-fu élaborée par ces deux fabricants de Liuzhou, ville de la région Guangxi, en Chine.

Et pour cause : les boissons qui ont été saisies contenaient du tadalafil et du sildénafil, autrement dit les principes actifs utilisés respectivement dans la conception du Cialis et du Viagra.

Les autorités chinoises ont ainsi saisie plus de 5 000 bouteilles frelatées de baijiu, boisson très populaire en Chine. Cet alcool blanc est obtenu à partir de céréales et on lui attribue traditionnellement des vertus aphrodisiaques, d’où le nom choisi par les fabricants, pour le moins évocateur. En plus de toutes ces bouteilles, les autorités ont également saisie plus d’une tonne de produits chimiques. C’est donc un nouveau scandale alimentaire qui secoue à nouveau la Chine.

Une véritable menace écologique

Malheureusement les croyances sur les vertus aphrodisiaques de tels ou tels produits miracles sont toujours d’actualité. Ces mythes représentent une menace bien réelle pour un certain nombre d’animaux et un trafic estimé à des milliards de dollars.

Le premier visé est le rhinocéros dont la corne permet tous les fantasmes. Transformé en gélule ou en poudre elle est broyée puis dégustée sur différents mets ou saupoudrée dans de la soupe. De nombreuses études scientifiques ont pourtant démontré l’absence d’un effet revigorant. Le deuxième animal qui compose cette bien triste liste n’est autre que le tigre : la peau, les os mais également les testicules et le pénis sont très prisés dans la médecine traditionnelle chinoise. Menacé d’extinction, sa population a disparu à 97 % et il ne resterait plus que 3200 spécimens vivant encore en liberté. Moins emblématique et moins connus, la bèche des mers ou holothurie est également extrêmement menacée. Enfin et pour les mêmes raisons supposées aphrodisiaques mais en réalité complètement imaginaires, l’hippocampe. Le cheval des mers est lui aussi la cible de ces croyances et de plus en plus menacés… 150 millions d’animaux seraient ainsi capturés tous les ans.

Si vous souffrez de problèmes érectiles, parlez-en à un professionnel de santé, c’est beaucoup plus sain pour tout le monde.