Le 8 mai, Pfizer perdra le brevet français du Viagra et d’autres laboratoires fabriqueront des génériques. Une bonne nouvelle pour les portefeuilles. Et pour les falsificateurs…

La pilule bleue pourrait bientôt changer de couleur. Après le Brésil, la Thaïlande et le L’arrivée du Viagra générique, une bonne nouvelle ?Canada, le Viagra générique arrive en France et pourra donc se présenter sous un aspect nouveau. Si les excipients sont susceptibles de changer, on retrouvera dans les génériques le principe actif du célèbre traitement de l’impuissance, le sildénafil dont l’américain Pfizer détenait le brevet de fabrication depuis 1998.

C’est précisément le sildénafil qui a fait perdre au géant pharmaceutique son monopole au Canada. Il aurait omis de divulguer les informations nécessaires sur l’ingrédient actif du Viagra lors du dépôt du brevet. Le fabriquant de génériques Teva a donc joué sur ce point pour retirer l’exclusivité de la production à Pfizer.

Du Viagra moins cher

L’apparition de génériques dans les pays cités ci-dessus a permis à de nombreux hommes atteints de troubles érectiles d’obtenir un traitement moins cher que le Viagra original ; forçant Pfizer a baissé ses prix pour faire face à la concurrence.

Des situations similaires pourront être observées en Europe, où les brevets du Viagra authentique expireront bientôt. A compter du 8 mai, en France, d’autres laboratoires pourront commencer à travailler sur une version générique. Même chose en Italie, en Esapgne et au Royaume-Uni dès le 22 juin.

On ne sait pas encore quels laboratoires français vont se lancer dans des génériques, mais les prix seront environ 30% inférieur à celui du médicament original. L’efficacité, elle sera la même, et la marge de variabilité de produit actif toléré devra être de -20%/+25% pour que le générique soit commercialisé. La composition du traitement reste donc similaire, même si les excipients peuvent varier.

Contacté par téléphone, Pfizer a indiqué ne pas envisager pour l’instant de développer son propre générique du Viagra. A noter que, le traitement de l’impuissance génère des recettes de deux milliards de dollars par an. Pour l’instant…

Vers une recrudescence de la contrefaçon

Le malheur des uns fait le bonheur des autres : si Pfizer a de quoi s’inquiéter, en revanche les utilisateurs de Viagra peuvent se réjouir. Les sites pirates aussi !

Déjà, avant que l’on ne sache que le Viagra générique allait faire son arrivée en France, de fausses pharmacies en lignes et sites marchands parvenaient à vendre du Viagra générique en attirant les clients avec de bas prix. Des malaises et crises cardiaques ont été recensés suite à la prise de contrefaçons de la pilule bleue. Une fois que les vrais génériques arriveront sur le marché, ce problème risque de prendre de l’ampleur.

Pour s’assurer que le Viagra commandé n’est pas frauduleux, on ne pourra plus utiliser l’aspect comme critère, puisque les génériques n’auront pas la forme d’un diamant bleu avec l’inscription Pfizer sur une face et VGR suivi du dosage sur l’autre. Les sites présentant les critères suivants ne sont pas dignes de confiance :

–       des prix anormalement bas

–       des comprimés disponibles à l’unité

–       des traitements délivrés sans ordonnance

à l’image de ce site :

L’arrivée du Viagra générique, une bonne nouvelle ?

Ceux fiables au contraire

–       sont enregistrés à l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS)

–       vendent des boîtes de médicaments  dont le numéro de série peut être vérifié avec le laboratoire

–       travaillent avec des pharmacies enregistrées et soumises à traçabilité

Quoiqu’il arrive, si l’on vous propose dès maintenant du Viagra générique, fuyez ! Il faudra attendre un certain temps avant qu’il en apparaisse en France, car la commercialisation d’un générique requiert un temps d’élaboration et des tests de bioéquivalence.