concombre_dahkla_viagraDans le Sahara Occidental Marocain, la baie de Dakhla est une zone qui regorge une large variété d’espèces marines dont les concombres de mer. Et pourtant, malgré les interdictions de pêche à grande échelle dans cet écosystème marin, des braconniers y pratiquent la pêche clandestine de ces « bêches de mer », une espèce qui présenterait de nombreuses vertus aussi bien médicales qu’aphrodisiaques. En effet, en dehors de son efficacité contre le cancer et le cholestérol, le concombre de mer serait également très apprécié pour être un bon remède contre l’impuissance.

Le concombre de mer : un aphrodisiaque puissant

Servant d’intrant dans la production du Viagra, cette espèce marine est considérée comme un puissant aphrodisiaque si bien qu’elle se vend actuellement à prix d’or dont pas moins de 40.000 DH le kilo (environ 3.600 euros). Ainsi, le pillage des bancs de ces bêches de mer connaît un essor considérable dans les circuits illicites et informels à tel point que l’espèce est aujourd’hui menacée d’extinction. En effet, la capture du concombre de mer est déjà interdite dans de nombreux pays car sa disparition pourrait apporter des effets désastreux sur l’écosystème marin. A cet effet, des associations environnementales et professionnelles élèvent leur voix afin de dénoncer la situation au Maroc mais aussi pour éviter les conséquences qui peuvent s’en suivre.

Des réseaux de trafiquants bien organisés

Actuellement, les réseaux des trafiquants des concombres de mer sont si bien organisés que les cargaisons sont même exportées jusqu’en Chine et ce, malgré les efforts des autorités locales qui s’efforcent de faire de leur mieux pour arrêter cette pêche clandestine. Le 14 octobre 2014, d’importants stocks de concombres de mer ont été saisis en plus d’un matériel de pêche ultra perfectionné, mais aussi de quelques zodiaques. En effet, une fois capturés, les concombres de mer sont séchés au soleil dans des garages au cœur de Dakhla avant d’être exportés en Mauritanie où des documents de sécurité « légaux » leur sont délivrés avant d’être expédiés en Chine et en Europe.