film pornographique

D’après une étude de l’Ifop pour le site pour adultes Tukif.com, plus d’un tiers des hommes de moins de 25 ans admettent avoir été déjà été complexés par la taille de leur pénis en regardant un film porno.

Les films X peuvent être générateurs de complexes chez les garçons mais répandent aussi des codes sexuels, comme l’épilation intégrale.

Cette contrainte apparaît plus répandue chez les jeunes Françaises des couches populaires les moins aisées et dont le niveau d’éducation est faible (20% d’épilation intégrale chez les « CSP – » contre 9% chez les « CSP + »).

L’épilation intégrale concerne près d’une fille sur deux de moins de 25 ans (45%); un comportement qui s’aligne en fait sur les goûts des hommes de leur âge, d’après l’enquête.

Le complexe du petit pénis

En outre, le nombre d’hommes complexés par la taille de leur pénis à la vue d’un film X décroît avec l’âge : de 34% des 18-24 ans, leur proportion tombe à 14% chez les 65 ans et plus.

Néanmoins, en général, un quart (24%) des hommes qui ont déjà regardé un film X (soit 90% de l’échantillon masculin interrogé) admet avoir au moins une fois été complexé à la vue d’organes surdimensionnés exhibés dans certains de ces films.

Si la majorité des hommes (56%) et des femmes (63%) interrogés estiment que la taille du pénis ne joue pas un rôle important dans le plaisir féminin, ce n’est pas le cas des garçons de moins de 25 ans qui très majoritairement (61%) pensent le contraire.

Autre effet de la culture porno, les amateurs tendent à intégrer les pratiques issues de l’univers du X dans leur répertoire sexuel. Ainsi près d’un Français sur deux (47%) a tenté de « reproduire des positions ou des scènes » vues dans un film porno, un chiffre en progression par rapport à 2009 (40%). Et si la proportion des personnes interrogées qui cherchent à pimenter leur vie de couple en filmant leurs ébats reste limitée, elle a presque doublé en l’espace de cinq ans (11% contre 6% en 2009). La diffusion de photos ou de sextapes, elle, reste marginale (3%).

(Source : Le Parisien)