cyclisme, viagra, dopant

Il n’y a pas que sous la couette  que le Viagra ferait des merveilles. Cyclistes, footballeurs, alpinistes… nombreux sont les sportifs qui utilisent la pilule pour améliorer leurs performances sur le terrain.

Les sportifs qui se dopent au Viagra 

On savait tous que le Viagra aide à retrouver une vitalité sexuelle mais ses effets ne s’arrêtent pas là d’après E-santé. Les alpinistes prendraient ce traitement pour mieux supporter l’altitude. L’agent actif du médicament, le sildénafil, augmente l’afflux sanguin dans le pénis mais également dans les poumons, ce qui facilite les échanges gazeux.

Lors du tour d’Italie de 2008, 82 cachets de Viagra a été retrouvé par la police dans la voiture d’un cycliste de l’équipe Gerolsteiner. En Bolivie, les médecins prescrivent du Viagra aux footballeurs qui jouent à 3570 mètres d’altitude au stade de la Paz. En ce qui concerne l’athlétisme, l’ex directeur du laboratoire Balco a affirmé que ses athlètes en prennent régulièrement.

La pilule aux multiples facettes 

Lorsque le laboratoire Pfizer a lancé la pilule bleue sur le marché en 1999, il n’avait pas prévu que celle-ci soit utilisée à des fins sexuelles. Ce médicament à été élaboré à l’origine dans le but de soigner l’angine de poitrine en détendant les muscles autour des artères.

Alors que le Viagra était sur le point d’être abandonné à cause de son incapacité à soigner cette maladie, les scientifiques ont découvert qu’il a permis aux hommes testés de retrouver une vigueur sexuelle. C’est alors que le médicament a été officiellement lancé pour soigner l’impuissance masculine.

Attention dangerviagra danger, pilule bleue, se doper

Utiliser le traitement comme dopant est très dangereux pour la santé. Tout simplement parce qu’il n’a pas été conçu pour les hommes qui ne souffrent pas de problèmes d’érection. Que va t-il se passer si vous en consommez pour faire du sport ? Vous risquez de faire un malaise ou pire encore une crise cardiaque.

Tout comme les gens qui l’utilisent comme un simple aphrodisiaque alors qu’ils ne sont pas impuissants, les sportifs qui y ont recours exposent leur organisme à un grave danger. N’oubliez donc pas que cela reste un médicament et que sa prescription doit être approuvée par un médecin.