femme docteur regardant un grain de beautéAujourd’hui, le Viagra se présente comme le premier médicament le plus populaire contre la dysfonction érectile. Toutefois, selon une étude américaine parue récemment dans Journal de la médecine américaine (JAMA Internal Medicine), les hommes prenant régulièrement ce médicament à base de sildénafil seraient particulièrement sujets au mélanome, un cancer de la peau sous sa forme la plus dangereuse.

Autre effet secondaire du Viagra : un risque potentiel de mélanome

Il y seulement quelques mois, une étude a été menée par les chercheurs de l’Université de l’Etat de Rhode Island et dirigée par le Dr Abrar Qureshi auprès d’un échantillon de 26 000 hommes d’une classe d’âge moyenne de 65 ans et dont seuls 6% prenaient la petite pilule bleue. Selon les résultats de cette étude, le risque de mélanome était élevé auprès de ces utilisateurs de sildénafil et dont 142 cas de mélanomes étaient constatés. Ce qui a donc permis de déduire que 84% des utilisateurs de sildénafil par rapport à ceux qui n’en consommaient pas présentaient des risques de mélanome. Selon le JAMA, même une première et unique prise de Viagra pourrait doubler le risque de cette tumeur maligne au niveau du système pigmentaire et qui peut évoluer rapidement sous forme de métastase. Cependant, cette étude a permis de constater qu’une prise régulière de sildénafil n’engendre aucun effet sur le développement des cancers de la peau les moins graves dont particulièrement les carcinomes.

Faut-il donc éviter le Viagra ?

Selon la conclusion des chercheurs qui ont mené cette étude, malgré le lien possible entre le Viagra et le mélanome, il serait encore trop tôt d’interdire la consommation de la petite pilule bleue. Cependant, les patients atteints de la dysfonction érectile et désireux utiliser le Viagra doivent prendre la précaution d’en parler à leur médecin qui devra leur préconiser de faire un diagnostic de leur état de santé afin de savoir s’ils présentent des risques de cancer de la peau. De leur côté, les scientifiques s’efforcent d’approfondir leurs études afin de démontrer scientifiquement et médicalement si le sildénafil serait réellement dangereux pour la santé de leurs utilisateurs.