homme_femme_agés_eauDans une récente édition de la revue La Presse Médicale, un groupe de spécialistes en neurochirurgie et psychiatrie ont évoqué les troubles que subissent les patients atteints de la maladie de Parkinson durant leur traitement. Parmi les effets secondaires assez dramatiques que subissent les malades parkinsoniens, l’hypersexualité touche entre 2,6% et 7,2% des patients qui ne sont pas forcément conscients de ce trouble du comportement sexuel.

Les manifestations de l’hypersexualité

Après les entretiens effectués par l’équipe du CHRU de Lille dirigée par le professeur Grandgenevre auprès de sept malades parkinsoniens dont six en compagnie de leur épouse, le changement dans le comportement sexuel de ces patients entraîne des conséquences dévastatrices dans la vie de couple. Alors que la plupart de ces patients ne s’aperçoivent pas de leur hypersexualité, leurs conjointes, par contre, en souffrent éperdument. Ainsi, alors que certaines ont menacé de porter plainte contre leur mari pour harcèlement sexuel, une autre conjointe a dû faire un chantage de suicide pour inciter son mari à changer de comportement. En effet, ces hommes qui suivent un traitement contre la maladie de Parkinson deviennent sexuellement hyper actifs que pour satisfaire leurs sollicitations souvent permanentes, certains n’hésitent pas à violer leur femme ou à développer un sentiment de persuasion que leurs épouses les trompent.

Des troubles encore peu connus par certains médecins

Encore sous-estimés par de nombreux médecins, les effets secondaires sur le plan sexuel des malades de Parkinson doivent être non seulement diagnostiqués le plus tôt possible, mais aussi maîtrisés par les médecins. En effet, lors des entretiens, certains soignants probablement encore peu informés sur l’éventuelle possibilité d’apparition de cas d’hypersexualité sur les parkinsoniens ont administré à leur patient, ce célèbre médicament contre les troubles de l’érection.

Un geste qui ne fait que renforcer les manifestations de l’hypersexualité de ces hommes et qui est tout simplement considéré comme une stratégie de soins non adaptés. Pour éviter donc de faire plonger les patients qui suivent un traitement contre la maladie de Parkinson dans de tels comportements sexuels, il est recommandé d’approfondir ce thème de l’hypersexualité dans les moindres détails. De plus, les soignants ne doivent également pas afficher des réticences à questionner sur la vie intime de leurs patients.