recherches sites porno, étude pornographie

Je vous avais déjà parlé des différences de pratiques sexuelles dans le monde, mais quand est t’il des préférences masculines en matière de pornographie ?

Les tendances pornographiques

Le site pornmd.com, le plus grand recenseur de contenu porno a étudié dans une infographie les dix requêtes les plus lancées sur ces sites dans chaque pays au cours des six derniers mois. Il est intéressant de voir que la préférence nationale reste la norme chez la majorité des inernautes. Ainsi, les premiers mots tapés dans l’hexagone sont « française» ou «français (gay)». Les Allemands ou les Britanniques aussi préfèrent fantasmer sur des vidéos de leurs compatriotes. Et ce, même si en France, le deuxième mot le plus recherché est « beurettes ». Quant aux Californiens, eux, ils ont plutôt un penchant pour les « Asiatiques » et les « massages ».

Les termes qui reviennent aussi souvent chez les amateurs de porno sont « teen » (adolescentes), « milf » (acrononyme pour « Moms I would like to fuck ») ou encore « hentai », désignant les mangas japonais pornographiques.  On y apprend aussi que les Roumains sont adeptes des histoires  de « mères et fils »,  que les Hongrois tapent en premier « facial » ou que les Islandais sont fanas des « native Indians » ou Indiens d’Amérique. Autre requête étrange, le 7ème mot le plus recherché est « viol » en Inde.

L’impact des films X sur le cerveau

A quelques exceptions près, l’étude révèle tout de même que les pratiques recherchées en matière de sexe restent similaires partout dans le monde. Mais une autre recherche vient démontrer l’impact négatif des films porno sur le cerveau humain. En effet, selon les scientifiques allemands de l’université de Duisburg-Essen, le porno réduirait la mémoire à court terme.

Pour arriver à cette conclusion, ils ont présenté des images à caractère érotique ou non à 28 hommes hétérosexuels âgés en moyenne de 26 ans.  Ils ont découvert que les hommes soumis au plus grand nombre de photos X, ne se souvenaient plus des autres images de la série. Seuls 67% d’entre eux s’en rappelaient contre 80% de ceux qui n’ont pas vu des images X. Le porno rendrait-il donc amnésique ?