jeune_femme_tattoo_sexyLe développement de la nouvelle technologie de communication a amplifié le voyeurisme. Nous passons une grande partie de notre temps devant les écrans. L’apparition des smartphones et tablettes a amplifié le phénomène, on est vraisemblablement dans l’ère hyperconnectée. Et force est de constater que l’Internet 2.0 a aussi donné naissance à de nouvelles formes de pratiques sexuelles. Sexting, sextape et sexcam sont devenus des pratiques sexuelles virtuelles et interactives qui séduisent de plus en plus de couples.

Une nouvelle forme de voyeurisme s’est ainsi développée depuis l’apparition des jeux d’exhibition entre adultes consentants via internet. Le « voyeurisme 2.0 » s’est amplement intensifié au point de devenir un phénomène social pour ceux et celles qui veulent accroitre leur désir en se nourrissant d’un peu d’interdit même si parfois, les vidéos et les photos publiées sont volés. C’est le cas de l’affaire du «Fapenning» où des photos de quelques célébrités en tenue d’Eve, dont Jennifer Lawrence et Kirsten Dunst, ont investi le web cet automne.

Voyeur 2.0 – pas si anonyme que ça

Voir sans être vu, a conduit davantage de personnes à se laisser guider par leurs fantasmes et devenir voyeurs grâce à la possibilité de naviguer de façon anonyme sur le web. Plusieurs sites de forum vidéo sont devenus des lieux de rencontre pour les voyeurs et exhibitionnistes, c’est le cas de Chatroulette qui réunit des milliers d’internautes. Avec le voyeurisme 2.0, les internautes se sentent libérer de la morale, la honte et des jugements de la société. Mais l’anonymat des voyeurs n’est pas gardé pour autant. Plusieurs célébrités et personnalités politiques à travers le monde ont été impliquées au cours de ces dernières années dans des scandales à cause de ces tendances voyeuristes sur le web. En 2013 par exemple, la carrière du candidat démocrate à la mairie de New York, Anthony Weiner, a été ruinée par son addiction aux sextos. Il en est de même pour un député australien après la révélation de son goût pour l’échange de selfies à caractère pornographique.

La quête du réalisme

Le voyeurisme 2.0 tient son expansion par la quête des internautes pour du réalisme et de l’authenticité, loin des produits jugés monotones de l’industrie du X. En effet, les pratiquants du voyeurisme virtuel recherchent quelque chose de nouveau pour assouvir leurs fantasmes, et l’Internet 2.0 semble être la réponse à leurs désirs… Le sexe 2.0 a permis aux voyeurs et exhibitionnistes (en herbe) de créer une intimité à distance.

A noter que ce sont surtout les jeunes de moins de 25 ans qui sont attirés par ce genre de voyeurisme via les téléphones mobiles et les messageries instantanées.