Tout le monde ou presque s’est déjà posé cette question : combien de temps un rapport sexuel idéal dure-t-il ? Est-ce vraiment aussi long comme les films pornographiques s’efforcent à le représenter ? Le « quickie » (ou rapport éclair) est-il synonyme de plaisir garanti ? Selon vous, combien de temps pour atteindre le 7° Ciel ?

Les résultats d’une récente étude sur le sujet viennent de paraitre… et les conclusions tirées pourraient en surprendre plus d’un !

Une étude de spécialistes

Les auteurs de cette étude sont deux chercheurs de l’Université Behrend (Pennsylvanie) aux Etats-Unis qui ont tout simplement interrogé des « experts » en la matière. Ces experts se sont des infirmiers, médecins, travailleurs sociaux et autres thérapeutes, tous membres de la Society for Sex Therapy and Research. Forts de leurs expériences professionnelles enrichies de milliers de témoignages recueillis lors de consultations, une sorte d’échelle du plaisir en fonction de la durée à été établie. Mais ça ne leur a pas été facile de se mettre d’accord.

Ces professionnels de santé spécialisés ont en effet discuté durant quelques années avant d’établir ce classement ou pour mieux dire cette « chronologie » des rapports sexuels. Afin d’être le plus objectif possible la phase des préliminaires a été écartée de la durée idéale finale. Dans le cadre de cette recherche le rapport sexuel est par conséquent limité de manière pragmatique : de la pénétration à l’orgasme.

Des résultats surprenants

Le cliché de la longue nuit d’amour et du coït d’une demi-heure est à ranger au placard. D’après les chercheurs, le temps idéal pour un rapport sexuel entre un homme et une femme se situerait entre 7 et 13 minutes ! Ce laps de temps est en effet jugé « satisfaisant » pour les volontaires interrogés. Entre 3 et 7 minutes la durée du rapport serait même jugée « suffisante ».

Un rapport sexuel jugé frustrant se situe logiquement dans la fourchette de temps inférieure à 3 minutes, le rapport sexuel est alors trop court. A l’inverse, un rapport sexuel qui durerait entre 10 et 30 minutes serait estimé « trop long ».

Bien que ces résultats aient été publiés dans le très sérieux Journal of Sexual Medicine et visent un maximum d’objectivité, ils doivent être pris avec une certaine mesure. C’est bien connu : la sexualité ne répond à aucune règle arbitraire et encore moins à celle du chronomètre d’autant plus que la période des préliminaires (pourtant capitale pour la majorité des spécialistes et thérapeutes eux-mêmes) est laissée de côté. Ajoutons encore que l’étude se limite aux relations entre hommes et femmes : homosexuels, bisexuels et transsexuels ne sont pas pris en compte ici or ces pratiques sexuelles distinctes pourraient altérer ce « temps idéal ».

Notons tout de même que ces résultats sont comparables à ceux d’une étude menée en 2005 qui estimait la durée idéale pour un rapport sexuel à 7,3 minutes en moyenne.

Quelques minutes de plus ou de moins finalement, est-ce l’essentiel ? Ce qui importe vraiment c’est de se faire plaisir, non ?