craie_sex

Havard éduque aussi les étudiants aux bonnes pratiques sexuelles

La récente initiative des étudiants de l’Université de Harvard sort vraiment de l’ordinaire. En effet, un atelier sur le sexe anal s’est tenu la semaine dernière étant donné son expansion dans la vie sexuelle des couples aux Etats-Unis et dans le monde. Certes, le sexe anal est considéré comme un tabou, mais les étudiants de cette prestigieuse université américaine ont tenté d’enlever la barrière du pourquoi et du comment de cette pratique sexuelle. Cet atelier a été abordé lors du Sex Week, qui s’est déroulé du 2 au 7 novembre 2014.

What What in the Butt: Anal Sex 101

Devenu une coutume chez Havard, l’association d’étudiants de la Sexual Health Education and Advocacy throughout Harvard (SEATH) organise en chaque début du mois de novembre la « Sex Week ». Le but est d’éduquer les gens et de discuter de tous les sujets qui tournent autour du sexe, en le démystifiant davantage.

Pour cette année, les membres de la SEATH ont décidé de sortir de l’ordinaire en abordant un sujet assez délicat auprès du grand public, le sexe anal, dans son atelier baptisé « What what in the Butt: Anal Sex 101 ». Le but de cet atelier assez insolite était de dissiper les préjugés autour du sexe anal et d’apporter une explication sur la raison et la manière à laquelle les gens le pratiquent. Les étudiants du campus ont eu l’occasion de connaitre les réponses de leurs questions dans un environnement sécurisé et ouvert sur les malentendus de sexe anal. Et la SEATH n’y est pas allée par quatre chemins avec la présentation des sujets autour du sexe anal à l’exemple de l’anatomie anale et le plaisir potentiel de tous les genres, comment en parler avec son partenaire, les lubrifiants, les plugs anales ou encore la pénétration anale pour les débutants. A noter que le séminaire a été présenté par les experts de Good Vibrations, un sex shop très connu dans la région de la baie de San Francisco.

Sexe Anal 101 : Une initiative contestée

Le « What what in the Butt: Anal Sex 101 » a créé du buzz sur le quotidien en ligne The College Fix par les étudiants du campus comme quoi les ressources de cette deuxième meilleure université des Etats-Unis ne doivent pas être utilisées pour des affaires de sexe, notamment le sexe anal, mais à d’autres initiatives et projets plus enrichissants. Certains étudiants ne veulent pas en entendre parler, comme Molly Wharton, étudiante à Harvard sur le site RT.com ou elle affirme que: «Je me questionne quant à la quantité de temps et de ressources qui a été investie dans l’organisation et le financement de ces événements, dont certains sont complètement vulgaires, dans un endroit comme Harvard». Le co-président de la SEATH, Kirin Gupta, a défendu la tenue de l’atelier en précisant que malgré le fait que les gens ne veulent pas en parler, le sexe anal fait partie de la vie sexuelle de beaucoup de personnes. De même pour Rachael Foo, présidente de l’association Américano-asiatique d’Harvard, elle déclare «Je supporte la semaine du sexe, car on ne parle pas assez de l’aspect émotionnel du sexe dans notre société ».