Vous en avez certainement déjà entendu parler, un(e) ami(e) vous a suggérer de le pratiquer pour améliorer vos performances au lit ou pour découvrir une sexualité plus profonde, plus spirituelle. C’est encore une publicité, l’invitation à un stage, une initiation qui vous a mis la puce à l’oreille, une recherche sur internet… Mais une question toute simple vous turlupine : c’est quoi au juste le « tantrisme » ? Nous vous expliquons l’essentiel à savoir sur le sujet.

Une philosophie de vie

Le tantrisme à proprement parler est loin de se limiter à une pratique sexuelle ou à une manière parmi tant d’autre d’atteindre l’orgasme. Il s’agit avant tout d’une philosophie de vie. Elle nous vient d’Inde et se base sur une doctrine, des textes, des rites initiatiques qui comptent plus de 1500 ans d’histoire. Le but ultime du tantrisme consiste à atteindre l’état de plénitude ou d’éveil total grâce à l’exploration et au développement des sensations sensorielles.

La méditation et la respiration sont deux techniques importantes pour permettre aux adeptes d’atteindre l’éveil, faire l’amour également car l’acte sexuel sollicite tous les sens et permet à l’énergie de circuler entre les êtres. C’est cet aspect de la discipline qui porte souvent à confusion et qui limite le tantrisme à son aspect sexuel.

Ces précisions faites, voyons ce que cette discipline emplie de spiritualité peut vous apporter au niveau sexuel.

L’orgasme tantrique où la fusion des êtres

D’après divers témoignages, l’orgasme tantrique serait deux à trois fois plus profond et plus intense que l’orgasme « normal », voilà ce qui en motive plus d’un.

Cependant il ne faut pas se méprendre : l’orgasme tantrique est loin d’être vécu comme une « décharge » ou comme une action mécanique par stimulation des zones érogènes. Il peut d’ailleurs se produire sans éjaculation ni pénétration.

Il faut à l’inverse l’envisager comme un processus global, une découverte charnelle des sens. Relaxation, relâchement, massage…Tout le corps est sollicité aussi bien le pied, le mollet ou le bras que le sexe ou le clitoris. L’important n’est pas l’orgasme en soit mais bien le chemin parcouru pour y parvenir. Le coït est d’ailleurs souvent retardé au maximum afin que les amants profitent le plus longtemps possible de la fusion de leurs êtres.

L’amour ainsi que la confiance sont essentiels. Les deux partenaires doivent également s’investir dans cette découverte : si l’un refuse ou n’est pas intéressé par cette démarche, l’orgasme tantrique ne peut avoir lieu car la fusion et l’alchimie qui en découle ne peut se produire sans une adhésion et un laisser-aller total. Il s’agit d’apprécier au plus profond de sa chair la montée du désir et du plaisir, de manière lente et progressive, pour une union en toute liberté, sans complexe ni contrainte : le plaisir des sens dans sa manifestation la plus pure en quelque sorte

Si cette expérience transcendantale est à la portée de tous, comme pour l’acte sexuel lui-même, la patience est de mise. Il est rare qu’un couple connaisse l’orgasme tantrique au cours de sa première tentative. Le contrôle de son excitation, de son plaisir, de son désir demande temps et pratique : relaxation, méditation, respiration, pause, absence ou pénétration retardée sont autant de pistes à explorer…