Caféine, Viagra, bébé prématuré : quelle relation entretienne ces différents termes entre eux ? A première vue pas grand-chose, n’est-ce pas ? Et pourtant…

Si le médicament le plus célèbre pour lutter contre l’impuissance a peut-être donné un coup de main à Monsieur, il se pourrait bien qu’il aide également le tout petit qui vient de naître prématurément.

Viagra au secours des prématurés

Bien que cela puisse surprendre, le Viagra serait indiqué par divers médecins pour aider et accompagner un développement sain des bébés prématurés. Plus que le Viagra lui-même, c’est sa molécule active, le sildénafil, qui serait bénéfique afin d’accélérer le développement des bébés prématurés.

Déjà utilisé pour lutter contre les troubles de l’érection et peut-être bientôt contre le cancer du sein ou le diabète, le Viagra serait utilisé chez les nourrissons pour lutter contre les problèmes d’hypertension artérielles pulmonaires. Le cœur des trop petits rencontre des difficultés à pomper le sang des poumons qui sont de surcroit très fragiles. En relâchant les tissus, le sildénafil favoriserait la circulation sanguine et soulagerait par conséquent le travail du cœur ce qui favoriserait une bonne croissance.

Café et prématurés

L’autre remède peu orthodoxe utilisé par les médecins pour venir en aide aux bébés qui sont nés prématurément consiste à leurs injecter de la caféine, à des doses conséquentes : l’équivalent d’une tasse de café pour chaque bébé.

La caféine stimulerait les poumons, le diaphragme et mieux encore le cerveau : elle rappellerait au bébé de respirer. Utiliser de la caféine pour venir en aide à bébé peut paraitre paradoxal car il est préconisé à la femme enceinte de ne pas en consommer durant toute la durée de la grossesse afin d’éviter un risque de fausse couche.

Mais comme le Docteur Edward Shepherd qui est chef du service néonatologie au Nationwide Children’s Hospital en Ohio (Etats-Unis) l’explique, peu de médicaments sont conçus pour aider les bébés qui ne sont pas arrivés à terme. Les recherches et surtout les résultats et solutions à ce mal sont quasiment inexistants. L’absence de médicaments spécifiquement mis au point pour accompagner les bébés prématurés que le Docteur Edward Shepherd regrette est d’autant plus tragique que le nombre de bébés prématurés ne cessent d’augmenter : d’après les chiffres officiels, chez nos voisins d’Outre-Atlantique, un bébé sur huit nait avant terme.