viagra fémininUn Viagra destiné aux femmes ménopausées sera prochainement en vente aux Etats-Unis. Il s’agit de la première pilule mise en œuvre pour traiter les femmes souffrant de relations sexuelles douloureuses après la ménopause. Mais est-ce vraiment utile ? Quels en sont les dangers ?

Osphena, c’est ainsi que s’appelle la nouvelle version féminine du Viagra. Au cours de la ménopause, les ovaires cessent de produire des œstrogènes. C’est là qu’intervient le médicament en compensant la perte d’hormones féminines et rendant le tissu vaginal plus épais et moins fragile.

Pour le laboratoire Shiniogi, cela aidera les 64 millions d’Américaines ménopausées à stimuler leur vie sexuelle et ne pas souffrir d’une baisse de la libido.

Mais Osphena comporte aussi des risques qu’il ne faut pas négliger. Il augmente le risque de caillots sanguins, de cancer de l’endomètre et de troubles cardiaques.  La notice précise aussi de ne l’utiliser que pour une très courte période. Les effets secondaires ne sont pas non plus très sexy : pertes vaginales, une transpiration excessive, bouffées de chaleur ou convulsions.

Pour l’obstétricienne-gynécologue Lorena Wissner, il ne s’agit que d’une propagande de la part des laboratoires pharmaceutiques. Ces derniers cherchent à promouvoir le traitement comme un remède contre la dysfonction sexuelle féminine aussi connu sous le nom de dysparénie. Cependant, les informations qu’ils font circuler à ce sujet sont fausses.

Ainsi, selon l’obstétricienne, seules 10% des femmes ménopausées auraient besoin d’un tel traitement. De plus, les femmes qui ont testé ce médicament avant son autorisation de mise en vente sur le marché ont vu leur risque de souffrir d’infections urinaires multiplier par 14.

Un autre Viagra pour femmes, le Tefina avait déjà été approuvé par la FDA, l’agence américaine de l’autorisation des médicaments. Reste à savoir si les femmes seront conquises…